Energies renouvelables

23 juillet 2018
Img_4457

L’agriculture déjà engagée

A l’occasion de la publication d’une étude sur la contribution du milieu agricole à la production d’énergies renouvelables, l’Ademe ( Agence De l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie ), l’APCA, Coop de France, la FNSEA et le SER ( Syndicat des Energies Renouvelables ) ont organisé une matinée de réflexion sur le sujet. L’agriculture fournit déjà 20 % de l’énergie renouvelable française.

Les exploitations agricoles participent donc autant à cette production qu’elles ne consomment d’énergie non renouvelable. « Cela prouve que les agriculteurs sont déjà engagés dans la production d’ENR », ana­lyse Marc Bardinal, du service Agriculture et Forêt de l’Ademe. C’est majoritairement à travers les éoliennes et la production de bio­carburant que l’agriculture participe à la pro­duction d’ENR. L’Ademe a identifié quatre principaux types de modèles d’affaires : l’au­toconsommation d’ENR pour réduite la fac­ture énergétique de l’exploitation, la produc­tion et la vente de biomasse, la vente d’élec­tricité ou de gaz directement injectée dans le réseau, et la mise à disposition de surface. Pascal Chaussec s’est lancé dans le photo­voltaïque en 2009. Il s’agissait, à l’époque, d’un projet novateur, il n’a pas pu bénéficier d’un retour d’expérience. Pour construire son projet il a cependant pu travailler en réseau, notamment avec la chambre d’Agriculture. « Quel que soit le projet, il faut investir de­dans, il ne faut pas attendre que ça tombe du ciel », conseille l’éleveur. Avec l’associa­tion Agriculteurs Producteurs d’Electricité Photovoltaïque Associés ( Apepha ), dont il est le président, Pascal Chaussec a souhaité établir un cahier des charges pour « baliser le terrain ». La production d’énergie, via les panneaux photovoltaïques, sur les bâtiments agricoles peut permettre aux agriculteurs de faire des économies. Pascal Chaussec réalise une économie d’environ 1 500/1 800 euros par an, grâce à son installation.

La méthanisation ne remplace pas l’activité alimentaire

Francis Claudepierre est pour sa part le premier éleveur à s’être lancé dans l’injec­tion sur le réseau français avec son épouse. Il s’installe en 1987 sur une ferme avec 30 vaches et 40 hectares. En 1999, la tem­pête qu’a connue l’hexagone réveille ses pré­occupations environnementales. L’année suivante, il transforme la charge que repré­sentait la mise aux normes imposée par le Programme de Maitrise des Pollutions d’Ori­gine Agricoles, en une opportunité pour se lancer dans la méthanisation, il installe un digesteur dans sa fosse à lisier. Sa première installation, d’une puissance de 20 kW, lui permettra de chauffer sa maison, sa ferme et de sécher ses fourrages, et ainsi atteindre l’auto alimentation de son élevage, tout en valorisant son herbe. Dans la foulée, il passe en agriculture biologique. En 2008, avec la hausse des tarifs de rachat, il crée une nou­velle installation avec un associé pour une capacité de production qui monte à 250 kW. Grâce aux effluents de deux élevages, cette installation produit désormais près de 2 mil­lions de kWh. Cette production équivaut à la consommation électrique de 400 foyers. Elle permet d’alimenter en chaleur une di­zaine de foyers localement, une école, la fro­magerie lancée par son fils, ainsi que d’as­surer un revenu complémentaire aux agri­culteurs associés.

L’éleveur insiste sur l’importance d’in­tégrer le projet de méthanisation dans celui d’élevage. Les revenus tirés de la méthanisa­tion lui permettent, d’ailleurs, de construire de nouveaux bâtiments « sans la méthani­sation on aurait pas eu les moyens de le faire », précise-t-il. Si son chemin fait figure d’exemple, Francis Claudepierre avoue avoir « pris des risques énormes et parfois failli cé­der au découragement ». Les agriculteurs ont longtemps été confrontés à des prix de vente de l’énergie trop faible. « Ils ont aussi besoin de garantie sur le long terme, il faut de la visibilité sur 5 à 10 ans », explique Didier Morteau, président de la chambre d’Agri­culture de l’Aube. 

Brèves

10/07/2020 Nomination du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation : La souveraineté alimentaire doit être une priorité d’action 21/02/2020 Chambre d’Agriculture : le grand chelem des départs ! 21/06/2019 La morale est-elle la meilleure des politiques ? 11/01/2019 Editorial de Benjamin DUPIN et de Jacques CHAPOLARD 20/12/2018 Pas de Trêve 25/10/2018 Editorial de Patrick Darot, Président de la Section Grandes Cultures de la FDSEA 20/09/2018 Une couverture totale du département en fibre optique d'ici 5 ans 31/08/2018 Augmentation annoncée du prix de la baguette 31/08/2018 C’est la rentrée 30/08/2018 L'été sera chaud 23/07/2018 Calamités agricoles 23/07/2018 **Merci les Bleus 02/07/2018 JA 47 18/06/2018 Editorial de Jacques CHAPOLARD, Président de la F.D.S.E.A. 27/02/2018 Dégrèvement de taxe foncier non bâti 27/02/2018 Mercosur : Non à la grande braderie !! 22/12/2017 Filière Pruneau Démissions en série 27/11/2017 Ils nous gavent 12/10/2017 Arrêtez de nous prendre pour les perdreaux de l’année 23/02/2017 Xavier, merci pour ton engagement 09/02/2017 Zones défavorisées 23/06/2016 La goutte d’eau qui emporte un peu plus le moral des agriculteurs 26/05/2016 Ce n’est pas du Hitchcock mais c’est des oiseaux 28/04/2016 Éditorial de Philippe Blouin, Président de la section fruits 29/03/2016 Une personnalité marquante de l’agriculture départementale 23/12/2015 Cette liberté que l’on assassine 30/07/2015 LE MANGER FRANCAIS... UN COMBAT A ARMES INEGALES ? 29/05/2015 DOSSIER PAC 2015 - PAC REALITE POUR LES PARLEMENTAIRES

L'actualité en vidéo

Suivez-nous !