Zones défavorisées

9 février 2017
Capture

Éditorial de Jean-François Bourjade, Vice-Président de la FDSEA et administrateur FNB

La définition des zones n’est pas arrêtée. Depuis le mois d’octobre, les tractations pour rattrapage ont amené des évolutions notables. Pour autant, la zone Côteaux Nord reste fortement impactée. Les premiers reclassements concernent les 6 communes Périgord lot-et-garonnais, par modification nationale du ratio STH/SAU. La sortie des productions spécialisées dans le calcul du PBS ( Produit Brut Standard ) soit PBS restreint a permis de réintégrer le Duraquois ( 13 communes ), les Causses ( 3 communes mitoyennes du 46 ) et les Côteaux bordure Landes ( 25 communes ). Ce n’est pas suffisant. Nous avons toujours demandé la réintégration de toutes les communes actuellement en zone défavorisée. Le Ministère a affirmé qu’il n’était pas possible de réviser le cas des communes sorties par les critères biophysiques, cadre imposé par l’Union Européenne, soit 26 communes des Coteaux Nord. Il reste cependant de nombreuses communes de ces mêmes coteaux pour lesquelles rien n’est encore joué, mais plusieurs pistes sont encore à l’étude. Les marges de manoeuvre sont limitées. Il faut trouver un axe favorisant nos secteurs, sans que cela ne concerne trop de communes françaises, qui soit accepté par le Ministère. Pour ce faire, nous comptons sur l’appui de l’Administration Départementale et Régionale et des politiques locaux ( Parlementaires et Conseil Départemental ). Nous tenons d’ores et déjà à remercier les services de la DDT et de la DRAAF pour leur excellent travail de recherche et de simulation. La carte doit être finalisée pour l’automne et application en 2018, mais soyez assurés que la FDSEA et les JA feront tout ce qu’il est en leur pouvoir pour maintenir la zone d’élevage en zone défavorisée.

L'actualité en vidéo

Suivez-nous !