Ce n’est pas du Hitchcock mais c’est des oiseaux

26 mai 2016
%c3%a9ditorial

Éditorial de Patrick Darot, Président section grandes cultures FDSEA 47

Imaginez une belle après-midi bien ensoleillée de février, la toiture de l’église au sud… aux trois quart recouverte de pigeons se prélassant au soleil. Constatez ces mêmes trois cents pigeons trois mois plus tard en train de piller méthodiquement votre semis de tournesol, ces mêmes pigeons qu’une municipalité pas très au courant ni d’agriculture ni d’entretien de greniers ni de salubrité publique n’aura pas voulu réguler parce que trois poètes trouvent ça beau dans la ville. Généralement le pillage commence par ces quelques palombes qui hivernent comme partout dans le bosquet à côté et qui sont venues constater la qualité de la levée de ce tournesol. Celles-ci vont attirer immanquablement leurs cousins du clocher. Dépité de constater le massacre dans votre tournesol, vous allez voir votre semis de maïs. Et la, quelle surprise, pas de palombe, seulement une dizaine de corneilles en train de vérifier la régularité du semis de votre semoir. C’est doué ces bestioles ; ça suit bien les rangs. Pourvu qu’elles ne mangent pas tout, il faudra bien laisser un peu de maïs aux trois ou quatre ragondins dans le fossé limitrophe, celui qui compte pour une SNA dans le dossier PAC. Je ne sais pas où vont les pigeons en juillet mais quand arrive fin Aout et que ce pauvre tournesol ressemé deux fois et après trois plaintes à cause du bazooka et moultes réflexions dues aux sacs  pendus a un piquet, sans parler des effaroucheurs piqués par des gamins pour faire des cerfs-volants ( si si, je l’ai vécu… ) ces volatiles se rappellent de votre parcelle. Une deuxième curée commence  et ne se terminera que par la moisson en catastrophe avec des réfactions pour humidité. Là, vous constatez une certaine envie de ne pas ressemer du tournesol l’année prochaine…

Bien sur cet hiver notre administration, si, lors d’un contrôle estival n’a pas constaté de trous dans la parcelle, trou qui pourrait venir d’un mauvais travail de l’agriculteur voire de pensées... quelque peu malveillante ; vous expliquera que bien sûr il faut de la biodiversité dans nos campagnes celle-ci commençant par la diversité des cultures. Je pourrai aussi vous parler des haies en bordure de champ, c’est bon pour la biodiversité, on y trouve : les altises qui piquent le colza, les foyers contaminants des pucerons vecteurs de la JNO, les premières attaques de limaces, des beaux nichoirs pour les palombes, des perchoirs à corneilles dans les arbres morts qu’il ne faut pas couper... un beau réservoir de multiples mauvaises herbes Mais bon, je n’y connais rien, je ne suis qu’agriculteur... Terre Innovia lance avec la profession une grande enquête sur les dégâts d’oiseaux de toute sorte et sur toutes cultures. Vous trouverez en pages intérieures un lien internet pour déclarer vos dégâts. Les ingénieurs de Terre Innovia ont également largement informés nos O S. Ils pourront mettre à votre disposition des fiches à remplir. plus nous pourrons signaler de problèmes et mieux ceux cis seront pris en compte.

Dégâts d’oiseaux

Enquête : déclarez vos dégâts

Terres Inovia ( anciennement CETIOM ) met à disposition des agriculteurs un formulaire de déclaration des dégâts d’oiseaux sur parcelles agricoles. Cette déclaration vise à informer les DDT des dégâts d’oiseaux et gibiers sur oléoprotéagineux. Il est important de prendre quelques minutes dans le cas ou vous êtes confronté à des pertes de plantes, même plus ou moins importantes, voire contraint à un re-semis partiel ou total de la parcelle. Attention, la déclaration doit se faire à la parcelle et pour un ravageur donné ( autant de déclaration que de parcelles touchées ou de ravageurs différents ). En effet, cette déclaration permettra d’obtenir des informations en vue d’un éventuel classement nuisible des espèces, en particulier le pigeon ramier ou palombe, sur votre département. Elle pourra également être utilisée par Terres Inovia pour réaliser un bilan national et mener des études, tout en garantissant l’anonymat des répondants. Lien pour l’enquète : http://www.terresinovia.fr/outils/detail/outils/33/

 

Brèves

23/02/2017 Xavier, merci pour ton engagement 09/02/2017 Zones défavorisées 26/01/2017 Congrès de la FDSEA le 2 février à Boé 07/12/2016 Vous avez la parole 16/11/2016 Il est des combats qui ne peuvent se gagner qu’ensemble ! 27/10/2016 La FDSEA 47 à la rencontre de la MSA Dordogne/Lot-et-Garonne 23/06/2016 La goutte d’eau qui emporte un peu plus le moral des agriculteurs 09/06/2016 La MSA accueille ses élus à Bergerac 27/05/2016 Glyphosate : HALTE à la surenchère ! 26/05/2016 Ce n’est pas du Hitchcock mais c’est des oiseaux 12/05/2016 D’avances en avances, on finit par prendre du retard 28/04/2016 Éditorial de Philippe Blouin, Président de la section fruits 29/03/2016 En plus d’être sur la paille, nous voilà maintenant APOIL ! ! 29/03/2016 Le nouveau SDREA est arrivé 29/03/2016 Une personnalité marquante de l’agriculture départementale 10/03/2016 Jeunes Agriculteurs 47 09/03/2016 L’agriculture est en état d’urgence 01/03/2016 731 jours pour avancer en conjuguant jeunes et agriculture... 18/02/2016 Benoît Parisotto "Merci" 22/01/2016 La commission Européenne lance une consultation publique sur la PAC 04/01/2016 Toute l'équipe de la FDSEA 47 vous souhaite une Bonne Année 2016 23/12/2015 Les brèves 23/12/2015 Editorial d'Alain Saphy, Président de l'ANPN 23/12/2015 Cette liberté que l’on assassine 23/12/2015 Editorial de Jean-Luc Poli, Président de la FDSEA 12/10/2015 REPORT DE LA TAXE FONCIER NON BATI : DEMANDE A FAIRE 09/10/2015 DEMANDEZ VOTRE AVANCE DE TRESORERIE. Si vous ne l'avez pas fait, vous pouvez encore remplir et déposer le formulaire de demande d'avance de trésorerie avant le 31 octobre au plus tard auprès de la D.D.T. 03/08/2015 DEMANDE D'AVANCE DE TRESORERIE : IL NE VOUS RESTE QUE 6 JOURS ! 30/07/2015 LE MANGER FRANCAIS... UN COMBAT A ARMES INEGALES ? 23/07/2015 200 FERMES DISPARAISSENT CHAQUE SEMAINE EN FRANCE

L'actualité en vidéo

Suivez-nous !