Glyphosate : la FDSEA rencontre les députés sur le terrain

26 octobre 2017
Dsc_1390

La FDSEA et les JA ont rencontré les trois députés sur le terrain pour expliquer l’importance de renouveler l’autorisation du glyphosate, en l’absence de solution alternative acceptable à l’heure actuelle.

Dans chacune des circonscription, ils ont présenté les efforts déjà réalisés par les agriculteurs : réduction des doses maximales, modification des conditions d’emploi, optimisation d’efficacité, couverts végétaux, réduction de 10 % de teneur en produits phytosanitaires dans les cours d’eau. Lors du débat, ils ont insisté sur le conséquences du retrait.

Conséquences économiques : perte de plus d’un milliard d’euros !

976 millions d’€ de pertes par an pour le secteur des céréales ( Arvalis ) - Augmentation du nombre de passages de désherbage chimique ou mécanique ( estimés entre 1 et 3 ) - Recours à des substances actives supplémentaires - Chute de rendement estimé à 5 % Surcoût estimé entre 100 et 250€ par hectare et par an pour le secteur viticole ( IFV )

Augmentation du temps de travail

Selon une étude IPSOS réalisée en 2017, 73 % des agriculteurs utilisant du glyphosate estiment qu’un retrait de cette substance aurait des conséquences sur l’organisation de leur travail sur l’exploitation, avec une augmentation du temps de travail.

Des conséquences agronomiques vérifiées

✓ Impacts sur la structuration des sols Le retrait du glyphosate entrainerait une augmentation du travail du sol, et donc une augmentation du risque de tassement des sols. - Dégradation physique des sols - Baisse du potentiel d’enracinement - Augmentation du risque de lessivage des nitrates - Augmentation du risque d’érosion hydrique

✓ Impacts sur les organismes du sol et la petite faune - Impact sur les micro et macroorganismes du sol, comme les lombrics - Perturbation de l’habitat de la petite faune, à cause de l’augmentation du nombre de passages

✓ Des conséquences environnementales : impacts sur le stockage du carbone - Diminution de la biomasse - Remise en cause de l’initiative française « 4 pour 1 000 », qui s’inscrit dans le cadre du plan mondial pour le climat, adopté par la conventioncadre des Nations Unies, et de l’accord de Paris.

Brèves

31/08/2018 C’est la rentrée 31/08/2018 Augmentation annoncée du prix de la baguette 23/07/2018 Calamités agricoles 23/07/2018 **Merci les Bleus 02/07/2018 JA 47 18/06/2018 Editorial de Jacques CHAPOLARD, Président de la F.D.S.E.A. 27/02/2018 Dégrèvement de taxe foncier non bâti 27/02/2018 Mercosur : Non à la grande braderie !! 22/12/2017 Filière Pruneau Démissions en série 27/11/2017 PAC 2018 : Contraintes SIE 27/11/2017 Ils nous gavent 12/10/2017 Arrêtez de nous prendre pour les perdreaux de l’année 03/10/2017 Les trois messages d’Arvalis 23/02/2017 Xavier, merci pour ton engagement 09/02/2017 Zones défavorisées 26/01/2017 Congrès de la FDSEA le 2 février à Boé 07/12/2016 Vous avez la parole 16/11/2016 Il est des combats qui ne peuvent se gagner qu’ensemble ! 27/10/2016 La FDSEA 47 à la rencontre de la MSA Dordogne/Lot-et-Garonne 23/06/2016 La goutte d’eau qui emporte un peu plus le moral des agriculteurs 09/06/2016 La MSA accueille ses élus à Bergerac 27/05/2016 Glyphosate : HALTE à la surenchère ! 26/05/2016 Ce n’est pas du Hitchcock mais c’est des oiseaux 12/05/2016 D’avances en avances, on finit par prendre du retard 28/04/2016 Éditorial de Philippe Blouin, Président de la section fruits 29/03/2016 Une personnalité marquante de l’agriculture départementale 29/03/2016 En plus d’être sur la paille, nous voilà maintenant APOIL ! ! 29/03/2016 Le nouveau SDREA est arrivé 10/03/2016 Jeunes Agriculteurs 47 09/03/2016 L’agriculture est en état d’urgence

L'actualité en vidéo

Suivez-nous !