« Gîtes de France » continue de dynamiser les territoires

26 janvier 2017
P1000308

Leader français et européen de l’hébergement chez et par l’habitant, Gîtes de France affiche une croissance de +7 % en 2016. L’année 2017 semble s’inscrire dans cette continuité avec une progression d’ores et déjà enregistrée de + 1,27 % dans les commandes. Le réseau créé en 1955 par un agriculteur en compte aujourd’hui près de 20 % parmi ses adhérents.

Avec un volume d’affaires de 468 millions d’euros soit +6,96 % par rapport à 2015, le réseau d’hébergement Gîtes de France confirme sa progression dans le temps. « C’est une année 2016 dans la lignée des années précédentes qui est extrêmement satisfaisante », se réjouit Anne-Catherine Péchinot, Directrice générale de la structure lors de la conférence de presse annuelle déroulée le mercredi 11 janvier. Le premier Gîte, créé par un agriculteur, a vu le jour en 1955, l’idée à l’origine visait à lutter contre la désertification des campagnes. Le réseau compte aujourd’hui près de 20 % d’agriculteurs parmi ses 47 000 propriétaires. « Dans ce milieu, ce sont des projets tenus majoritairement par des femmes d’exploitants. Pour beaucoup, cette activité secondaire leur a permis de s’émanciper », ajoute la dirigeante. Malgré l’émergence des nouvelles plateformes d’hébergement en ligne ( AirBnb, booking.com etc. ), le succès rencontré par Gîtes de France ne se dément pas. Une clientèle simple et familiale à 85 % continue de se reconnaître dans ce format de tourisme « accessible ». En 2016, toutes les régions de France ( à l’exception de la Réunion ) affichent des taux de progression notables. Le Finistère, la Corse et le Calvados ( dans l’ordre ) arrivent en tête des destinations les plus prisées. Dans ces régions, l’offre est plus présente, ce qui tire de manière plus prononcée la demande. Les retombées économiques au sein des territoires sont pour le moins significatives : Gîtes de France, avec près de 82 % d’hébergements en milieu rural, déclare générer un chiffre d’affaires ( direct et indirect ) de 2 milliards d’euros. En moyenne, ce sont 31 745 emplois qui dépendent directement et indirectement de cette activité.

Des comportements qui évoluent

De plus en plus de clients ( + 15 % en 2016 ) utilisent l’outil internet ( à 54 % ) aux dépens de la réservation téléphonique ( 46 % ). Via ce nouveau mode de réservation, ce profil de clients aurait tendance à privilégier les hébergements de plus haut standing. De manière générale, les gens choisissent des séjours plus courts ( 8,12 jours en moyenne, en baisse de 1,44 % ) mais de meilleure qualité. Classés par nombre d’épis ( de 1 à 5 ), les hébergements les plus prisés restent ceux de classe 3 épis ( à 62 % ), suivis par ceux de classe 2 épis ( à 31 % ). Le coût de la semaine de location varie entre 320 euros ( classe 1 épi ) à 1 453 euros ( classe 5 épis ). Le profil de la clientèle demeure à majorité française ( à 87,7 % ). La proportion d’étrangers provient principalement des pays de l’Union européenne. Pour 2017, le réseau Gîtes de France entend poursuivre sa belle progression. L’acquisition en juin 2016 de la plateforme de tourisme collaboratif « Goodspot », cible le développement de services annexes ( guides, activités diverses ). De nouvelles opportunités de dynamisation des territoires pourraient donc très bientôt voir le jour.

L'actualité en vidéo

Suivez-nous !