Combattre les inégalités entre jeunes ruraux et jeunes urbains

26 janvier 2017
Dscn0783

Dans un avis voté à l’unanimité le 11 janvier, le Conseil économique, social et environnemental ( CESE ) formule plusieurs propositions en faveur des jeunes dans les territoires ruraux, pour répondre aux besoins spécifiques de cette population en l’absence aujourd’hui de réelle politique dédiée.

C’est dans les territoires où l’on a le plus besoin des jeunes pour imaginer l’avenir, dans l’ancienne diagonale du vide, qu’ils sont paradoxalement les moins pris en compte », commente Bertrand Coly, rapporteur avec Danielle Even de l’avis voté par le Cese le 11 janvier sur la place des jeunes dans les territoires ruraux. Il existe en effet des besoins propres à ces 1,6 million de jeunes de 15 à 30 ans vivant en milieu rural. En matière d’insertion professionnelle notamment, en dépit d’une performance plus grande de l’école rurale jusqu’à la 3e, les jeunes ruraux sont plus nombreux à choisir une voie professionnelle, et moins nombreux à faire des études longues ( 7,5 % sont diplômés d’un troisième cycle, contre 15,4 % des jeunes urbains ). Ils sont également très impactés par les questions de mobilité qui les pénalisent dans la recherche d’un emploi. Que ce soit dans la formation ou pour la mobilité, l’inégalité entre les sexes est plus forte en milieu rural, ce qui se traduit par le fait que les femmes constituent 61 % des demandeurs d’emploi de moins de 25 ans, contre 50 % dans les zones urbaines. Enfin, les jeunes ruraux souffrent, à l’instar de l’ensemble de la population rurale, d’une offre de services de proximité moindre et mal adaptée, au niveau de l’accès aux soins, à la culture ou aux loisirs.

Compétence jeunesse territorialisée obligatoire

Les élus ont leur rôle à jouer pour insuffler une dynamique, en particulier à une période de profonds changements au niveau de l’organisation territoriale. Une enquête réalisée en Ille-et-Vilaine auprès de 251 communes indique que le pourcentage de communes où la jeunesse est inscrite comme une priorité politique est beaucoup plus élevée en milieu urbain ( neuf sur dix ) qu’en milieu rural ( un sur quatre ). Les politiques publiques existantes s’adressent essentiellement aux moins de 16 ans. Cette situation contribue d’ailleurs à une baisse de confiance des jeunes ruraux à l’égard de leurs représentants politiques : s’ils étaient 64 % à avoir confiance dans le Parlement en 1990, ils n’étaient plus que 38 % en 2008, une évolution qui ne s’observe pas chez leurs homologues urbains, passés de 47 % à 46 %. Le Cese préconise ainsi de rendre obligatoire une compétence jeunesse territorialisée au sein des communautés de communes, pour qu’elles structurent leurs actions « Jeunesse » au sein d’un Projet Jeunesse de territoire, sur le modèle des Projets éducatifs de territoire. Cette compétence permettrait de favoriser les diagnostics territoriaux face à un manque criant de données statistiques, et de mobiliser les espaces locaux pour une plus grande participation des jeunes à la vie des territoires ainsi qu’à leurs instances. Le Cese propose par ailleurs de créer une démarche de campus ruraux pour accompagner les porteurs de projets dans leur innovation et dans leur mise en oeuvre. Les contrats de ruralité permettraient également de décliner, avec des fonds dédiés, les engagements nationaux en faveur des jeunes ruraux, sur toutes les dimensions ( égalité des genres, formation, logement, apprentissage du permis de conduire, santé, etc. ).

Brèves

23/02/2017 Xavier, merci pour ton engagement 09/02/2017 Zones défavorisées 26/01/2017 Congrès de la FDSEA le 2 février à Boé 07/12/2016 Vous avez la parole 16/11/2016 Il est des combats qui ne peuvent se gagner qu’ensemble ! 27/10/2016 La FDSEA 47 à la rencontre de la MSA Dordogne/Lot-et-Garonne 23/06/2016 La goutte d’eau qui emporte un peu plus le moral des agriculteurs 09/06/2016 La MSA accueille ses élus à Bergerac 27/05/2016 Glyphosate : HALTE à la surenchère ! 26/05/2016 Ce n’est pas du Hitchcock mais c’est des oiseaux 12/05/2016 D’avances en avances, on finit par prendre du retard 28/04/2016 Éditorial de Philippe Blouin, Président de la section fruits 29/03/2016 En plus d’être sur la paille, nous voilà maintenant APOIL ! ! 29/03/2016 Le nouveau SDREA est arrivé 29/03/2016 Une personnalité marquante de l’agriculture départementale 10/03/2016 Jeunes Agriculteurs 47 09/03/2016 L’agriculture est en état d’urgence 01/03/2016 731 jours pour avancer en conjuguant jeunes et agriculture... 18/02/2016 Benoît Parisotto "Merci" 22/01/2016 La commission Européenne lance une consultation publique sur la PAC 04/01/2016 Toute l'équipe de la FDSEA 47 vous souhaite une Bonne Année 2016 23/12/2015 Les brèves 23/12/2015 Editorial d'Alain Saphy, Président de l'ANPN 23/12/2015 Cette liberté que l’on assassine 23/12/2015 Editorial de Jean-Luc Poli, Président de la FDSEA 12/10/2015 REPORT DE LA TAXE FONCIER NON BATI : DEMANDE A FAIRE 09/10/2015 DEMANDEZ VOTRE AVANCE DE TRESORERIE. Si vous ne l'avez pas fait, vous pouvez encore remplir et déposer le formulaire de demande d'avance de trésorerie avant le 31 octobre au plus tard auprès de la D.D.T. 03/08/2015 DEMANDE D'AVANCE DE TRESORERIE : IL NE VOUS RESTE QUE 6 JOURS ! 30/07/2015 LE MANGER FRANCAIS... UN COMBAT A ARMES INEGALES ? 23/07/2015 200 FERMES DISPARAISSENT CHAQUE SEMAINE EN FRANCE

L'actualité en vidéo

Suivez-nous !