Les industriels cherchent la parade

17 novembre 2016
Morceaux_de_viande

Lors de leur Assemblée générale, les professionnels du secteur des viandes se sont alarmés de la baisse structurelle de la consommation au sein des ménages français. Plusieurs stratégies sont menées de front pour l’enrayer. L’entente entre les différents acteurs de la filière demeure, quant à elle, toujours aussi hypothétique.

Viande rouge ou viande blanche, le constat reste le même. Leur consommation en France diminue chaque année. Cette situation est qualifiée de « mégacrise » par Jean- Paul Bigard, à la tête du premier groupe transformateur français du même nom, venu participer à l’Assemblée générale du Syndicat des entreprises des viandes. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Sur les quinze dernières années, chez les ménages, la consommation des viandes n’a cessé de reculer, oscillant entre -1,5 % et -2,5 % par an. « On observe toutefois depuis 2-3 ans, une croissance dans la restauration hors domicile ( RHD ) », remarque Guy Wermeister, directeur général d’Elivia, deuxième plus gros abatteur à l’échelle nationale. Ce regain est non quantifiable pour l’heure expliquent les représentants de la filière, car aucun panel n’a été pris en compte. Les attaques à répétition, orchestrées par les associations en faveur du bien-être animal, ont d’ailleurs fortement accentué ce mouvement de fond. Entre les mois de septembre 2015 et 2016, la consommation aurait ainsi chuté de près de -9 %. « Du jamais vu depuis l’ESB ( vache folle, ndlr ) survenue en 2001 », déplore Guy Wermeister. Face à cette réalité peu reluisante, les opérateurs s’organisent.

Les barrières à l’export

Les gros volumes de viande bovine sur les marchés national et communautaire obligent à de nouveaux débouchés. Sur le sujet, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a d’ailleurs pu essuyer des critiques lors de son récent passage au Sommet de l’élevage. « L’export vers les Pays-Tiers est un travail de longue haleine, il faut persister. D’abord, il faut que les pays aient des besoins. Ensuite, que le produit que nous proposons corresponde. Il faut faire face aussi aux barrières sanitaires, religieuses et/ou politiques. Et enfin, il y a la concurrence prix », rappelle Dominique Guineheux, directeur des achats bovins chez Bigard. La Turquie a beaucoup été citée ces derniers temps, représentant une opportunité de marché importante pour les viandes de l’Union européenne. Mais il faudra compter également sur la Pologne, le Brésil ou l’Inde qui se sont également positionnés.

Relations discordantes

Depuis quelques années, le secteur de la viande subit de nombreuses attaques frontales. Les risques de cancer ou la dénonciation d’une maltraitance animale sont les dernières en date. Cette filière se retrouve acculée de tous bords. Pour résister, une entente entre les différents maillons de la chaîne parait inévitable. Et pourtant, la situation actuelle présente une tout autre réalité. Le divorce entre les différents opérateurs semble bel et bien consommé.

L'actualité en vidéo

Suivez-nous !