2016 : des fruits de qualité

27 octobre 2016
Img_1810

Editorial d’Eloi Viannay, arboriculteur

Malgré une crise agricole qui s’enlise dans de trop nombreuses filières, certaines d’entre elles arrivent, tout de même, à tirer leur épingle du jeu. La pomme en fait, pour le moment, partie. La floraison tardive des arbres et un climat estival relativement sec ont freiné la prise de calibre, entrainant une diminution de rendement d’environ - 10 à - 15 % ( par rapport à 2015 ) avec une forte variabilité selon les variétés. En septembre, les cours de début de campagne sont environ 2 % supérieurs à la moyenne 2011-2015. Sur le marché français, nous notons une bonne activité sur les pommes de premier choix ( Ariane, Gala et Chantecler… ). Néanmoins, les pommes de second choix et les petits calibres, dont les prix sont indexés sur celui de la pomme d’industrie, connaissent un passage un peu plus difficile. Au niveau export, les récoltes des pays du Nord ( Angleterre, Belgique, Pays-Bas, Allemagne ) sont en cours, le marché est donc calme dans ce secteur. Les marchés maritimes, quant à eux, connaissent une activité soutenue avec des prix presque équivalent à la saison passée. En revanche, l’embargo russe a été reconduit jusqu’à fin 2017. Bien que seulement 3 % de la production française soient impactés, cela constitue un obstacle important pour des variétés comme la Golden ou la Granny Smith. Et, au vu de la situation politique mondiale, la réouverture des frontières n’est pas pour demain. Pour l’avenir, la révision de l’arrêté 2006 ( ZNT ), relatif à l’utilisation et la mise en marché des produits phytopharmaceutiques ne nous permet pas d’envisager sereinement les saisons futures. Notre réseau, FDSEA - JA 47 s’est déjà mobilisé en mai-juin 2016 pour négocier les arrêtés préfectoraux visant à protéger les personnes vulnérables, comme prévu dans la loi d’avenir 2014. Notre combat continue, un arrêté comme celui proposé par les ministères ne pourra en aucun cas être appliqué sur notre département, sur nos productions et encore moins sur les productions fruitières comme la pomme. Soyons acteurs de notre avenir, restons mobilisés et vigilants.

L'actualité en vidéo

Suivez-nous !