Rencontre avec deux éléveurs du Lot-et-Garonne

26 mai 2016
Rencontre_avec_deux_%c3%a9leveurs_du_lot_et_garonne

Le 16 mai s’est terminée la période de vide-sanitaire et deux éleveurs ont accepté de répondre à nos questions : Antonio Sousa, éleveur de palmipèdes à Laugnac et Sébastien Blard, gaveur de canards à Ste Gemme Martaillac.

Depuis quand êtes-vous impacté par le vide sanitaire ? Quel est son impact sur votre exploitation ? ( technique, financier, … )

Antonio Sousa : Le 23 janvier dernier, j’ai appris par mon technicien que je ne pourrai plus faire entrer des canards jusqu’à nouvel ordre. Ma dernière mise en place date donc du 27 décembre de 2015. L’impact sur la production est d’environ 40 % mais est beaucoup plus important sur l’équilibre financier car, à ce jour, je n’ai plus de fonds de roulement et le prochain règlement ne sera pas réalisé avant le mois d’octobre, soit plus de 5 mois sans revenu !

Sébastien Blard : Depuis le 09 janvier dernier, les éleveurs ont progressivement vidé leur élevage. Pour les gaveurs au environ du  15 avril plus personne n’avait de canard. L’impact financier est important. En effet, la première tranche d’aide n’est toujours pas versée ( 50 % de l’aide prévue pour juin soit 2 mois minimum sans entrée d’argent ). Le nettoyage et la désinfection ont commencé. Les produits utilisés sont très chers, il faut des EPI ( équipement protection ) de qualité qui coûtent chers pour se protéger, le coût de l’électricité est important dû à l’utilisation intensive du nettoyeur haute pression. Tout cela grignote notre trésorerie.

Quand allez-vous remettre en place des bandes et retrouver un rythme de croisière ?

A.S. : Après le vide sanitaire, la première mise en place doit être réalisée courant juin. À ce niveau, la coopérative ( Terres du Sud ) avec qui je travaille, respecte les délais qui ont été demandés et l’ordre d’arrêt des éleveurs. Le rythme de croisière ne sera pas trouvé avant 1 an et demi car le cycle IGP est d’environ 16 semaines ( 83 jours élevage + 15 jours gavage + 7 jours pour le règlement ), ce qui me fait un début d’activité ( pour l’année 2017 ) à partir de la semaine 16 ( mi-avril ) et non de la semaine 1.

S.B. : Le redémarrage s’est fait dès le 16 mai pour les éleveurs donc pour les gaveurs, ce sera 80 jours en moyenne après. En ce qui concerne le rythme de croisière, aucune idée, cela dépendra des canards prêts à gaver disponibles.

Un plan de soutien de  20 millions d’euros a été annoncé… Comment s’applique-t-il à votre exploitation ?

A.S. : Au niveau du plan d’indemnisation au sujet de l’arrêt de production de 16 semaines, un premier acompte de 50 % sera versé vers la fin mai 2016, un deuxième acompte de 30 % pourrait potentiellement intervenir vers le mois d’octobre 2016 et le solde vers le mois de mars 2017 ( dernières infos données par le Ministre de l’Agriculture pendant sa visite dans les Landes la semaine dernière ). En cas de retard, Terres du Sud et le Crédit Agricole ont proposé de mettre en place des prêts à court terme à 0,90 %, afin d’avancer les sommes qui ont été annoncées ( environ 1,82 € pour un canard démarré + canard élevé IGP ). Pour l’autre coopérative, je ne suis pas au courant de leur démarche.

S.B. : Pour l’instant, on vit sur nos réserves. Pour celui qui n’a rien, c’est pareil. L’argent, promis ou pas, on n’a rien pour l’instant.

Le Ministre a confirmé la mise en place d’un plan de 220 millions d’euros sur 5 ans destiné à la mise en œuvre de mesures de biosécurité pour éviter le retour de l’influenza. Quels changements techniques ce plan va-t-il engendrer sur votre exploitation ?

A.S. : En 2015, j’ai investi plus de  450 000 euros afin d’avoir un site qui corresponde aux dernières normes sanitaires. J’ai donc juste quelques aménagements à faire ( parking extérieur, clôture, carrelage sas ) pour respecter à 100 % les dernières normes demandées après l’influenza aviaire. Par contre, j’ai appris que les éleveurs qui doivent refaire des travaux et investir plus de 25 000 € pour pouvoir continuer leur activité ont le risque de mettre la clé sous la porte… en effet, l’administration nous a fait comprendre que l’enveloppe prévue pour l’aide de 40 % ne sera pas suffisante pour venir en aide à tous les projets. La filière est donc en péril… Sans éleveur, c’est l’ensemble des opérateurs qui sont mis à mal ! Enfin, pour conclure, je comprends que nous devons progresser, avancer et développer notre activité mais la balance n’est pas équilibrée et aujourd’hui, même s’il y a des coopératives qui jouent le jeu, des dérives sont malheureusement possibles… Nous comptons sur ces coopératives pour soutenir les éleveurs qu’elles ont installés !

S.B. : Pour les éleveurs, beaucoup de contraintes ( agencement des exploitations, sas sanitaire pour chaque parcours, tenue de registre de biosécurité, parking, aire bétonnée, chemin d’accès pour les parcours en évitant les recroisements….. ) Pour les gaveurs : sas sanitaire, aire de désinfection des camions avec point d’eau, certains plan de circulation à modifier, équipement pour enfouir les lisiers. Certains points pourront faire l’objet d’aide Area, d’autres pas. Même avec les aides, c’est 60 % de notre poche à débourser dans les 2 ans, et pour rappel le solde des indemnisation se fera seulement en 2017 sur justificatif comptable. Le problème est toujours le même, les agriculteurs avancent les frais mais les aides n’arrivent jamais aux dates prévues ( PAC et toutes les autres aides ).

 

Brèves

12/10/2017 Arrêtez de nous prendre pour les perdreaux de l’année 03/10/2017 Les trois messages d’Arvalis 23/02/2017 Xavier, merci pour ton engagement 09/02/2017 Zones défavorisées 26/01/2017 Congrès de la FDSEA le 2 février à Boé 07/12/2016 Vous avez la parole 16/11/2016 Il est des combats qui ne peuvent se gagner qu’ensemble ! 27/10/2016 La FDSEA 47 à la rencontre de la MSA Dordogne/Lot-et-Garonne 23/06/2016 La goutte d’eau qui emporte un peu plus le moral des agriculteurs 09/06/2016 La MSA accueille ses élus à Bergerac 27/05/2016 Glyphosate : HALTE à la surenchère ! 26/05/2016 Ce n’est pas du Hitchcock mais c’est des oiseaux 12/05/2016 D’avances en avances, on finit par prendre du retard 28/04/2016 Éditorial de Philippe Blouin, Président de la section fruits 29/03/2016 Le nouveau SDREA est arrivé 29/03/2016 Une personnalité marquante de l’agriculture départementale 29/03/2016 En plus d’être sur la paille, nous voilà maintenant APOIL ! ! 10/03/2016 Jeunes Agriculteurs 47 09/03/2016 L’agriculture est en état d’urgence 01/03/2016 731 jours pour avancer en conjuguant jeunes et agriculture... 18/02/2016 Benoît Parisotto "Merci" 22/01/2016 La commission Européenne lance une consultation publique sur la PAC 04/01/2016 Toute l'équipe de la FDSEA 47 vous souhaite une Bonne Année 2016 23/12/2015 Les brèves 23/12/2015 Editorial d'Alain Saphy, Président de l'ANPN 23/12/2015 Editorial de Jean-Luc Poli, Président de la FDSEA 23/12/2015 Cette liberté que l’on assassine 12/10/2015 REPORT DE LA TAXE FONCIER NON BATI : DEMANDE A FAIRE 09/10/2015 DEMANDEZ VOTRE AVANCE DE TRESORERIE. Si vous ne l'avez pas fait, vous pouvez encore remplir et déposer le formulaire de demande d'avance de trésorerie avant le 31 octobre au plus tard auprès de la D.D.T. 03/08/2015 DEMANDE D'AVANCE DE TRESORERIE : IL NE VOUS RESTE QUE 6 JOURS !

L'actualité en vidéo

Suivez-nous !