Stéphane Le Foll joue l’apaisement

29 mars 2016
Photos_7

Au congrès de la FNPL qui s’est tenu les 16 et 17 dans le Rhône, le ministre de l’Agriculture s’est montré déterminé à étendre à tous les Vingt-huit la mesure de limitation de la production décidée de manière volontaire lors du dernier Conseil des ministres. Il est ouvert également à des avancées législatives pour conforter la place des producteurs dans les négociations commerciales avec la grande distribution.

« Il faut que l’Europe s’engage à limiter la production. Il ne faudrait pas que certains pays s’engagent à la réduire quand d’autres en profiteraient pour l’augmenter davantage », a déclaré Stéphane Le Foll à l’Assemblée générale de la Fédération nationale des producteurs de lait ( FNPL ), le 17 mars à Saint-Didier-sur-Beaujeu dans le Rhône. Le ministre a tout à fait conscience que l’accord qu’il a décroché à Bruxelles, quelques jours plus tôt, sur la réduction volontaire de la production laitière dans l’Union européenne n’est pas entièrement satisfaisant. Sans réussir toujours à convaincre, le ministre de l’Agriculture est parvenu à calmer les inquiétudes des producteurs de lait. Persuadé de l’arrivée d’une catastrophe sociale si les prix du lait restent très bas, il a lancé un appel aux organisations agricoles de se mobiliser auprès de leurs homologues européens. Jusqu’à présent, a-t-il déploré à plusieurs reprises, à part la FNPL en France, le syndicalisme européen n’a fait aucune proposition susceptible de freiner l’emballement de la production. D’ailleurs la plupart des pays du nord de l’Europe ( Irlande, Royaume-Uni, Pays-Bas, Danemark ) sont hostiles à s’engager dans cette voie.

Quelques instants plutôt, Thierry Roquefeuil, le président de la FNPL avait pointé l’insuffisance de la mesure. « La réunion du Conseil des ministres de l’Agriculture du 14 mars n’a pas été à la hauteur des enjeux », dénonçant ses modalités d’application et notamment « le manque d’incitation financière pour les producteurs de lait à limiter la production ». Conscient de cette difficulté, Stéphane Le Foll a proposé une réunion de tous les industriels européens, sous l’égide du Parlement, pour les sensibiliser à l’urgence de la situation. Il y a en effet le feu dans la maison. L’Europe a déjà stocké en deux mois, 52 000 tonnes de poudre de lait, davantage que dans toute l’année 2015.

Priorité aux producteurs de lait

Si la signature en France de la Charte des valeurs a permis d’enrayer la baisse du prix du lait dans les négociations commerciales entre les transformateurs et la grande distribution, la plupart des industriels ne s’y sont pas engagés. C’est la raison pour laquelle, la FNPL demande d’inscrire dans le marbre les principales dispositions de cette charte. « Si l’engagement des acteurs de l’aval ne se concrétise pas de manière volontaire, il faudra alors passer par la loi… Je vous demande, monsieur le Ministre, de sanctuariser dans la loi, l’esprit de la charte laitière de valeurs », a plaidé Thierry Roquefeuil. Message reçu par Stéphane Le Foll qui a annoncé, dans les jours qui viennent ( le 22 mars ), une réunion de l’ensemble des opérateurs de la filière pour travailler sur la maîtrise de la production et sur des propositions législatives. « La loi Sapin ( qui va être prochainement examinée par le Parlement ) peut modifier des articles de la loi de modernisation de l’économie et prévoir que les négociations commerciales intègre une logique tripartite », prenant en compte l’intérêt des producteurs, a-t-il indiqué. Elle précisera également la non-cessibilité des contrats laitiers, a-t-il poursuivi. Thierry Roquefeuil s’était également prononcé en ce sens quelques instants plus tôt. Alors que les transferts de quotas en France étaient gratuits, « se mettre à payer un droit à produire n’est pas acceptable », notamment pour l’installation des jeunes, a-t-il déclaré.

Le président de la FNPL est également revenu sur le plan de soutien aux éleveurs décidé par les pouvoirs publics, déplorant l’iniquité entre producteurs et les exclusions injustifiées. « L’année blanche est en zone grise. C’est le brouillard et sur le terrain, c’est le parcours du combattant ». Le ministre a répondu que les 50 millions d’euros pour la prise en charge des cotisations sociales MSA et les 50 millions du Fonds d’allègement des charges seraient affectés en priorité aux producteurs de lait. Mais pas question en revanche de doubler le montant de la prime à la vache laitière pour compenser l’insuffisance des prix, parce que le budget européen qui lui est dédié est contraint.

L’interprofession sur la sellette 

Le sujet de l’interprofession laitière dont le fonctionnement est actuellement en panne est revenu à plusieurs reprises dans les débats. Beaucoup de producteurs déplorent le manque de retour, alors qu’ils sont les principaux contributeurs. Et ce d’autant plus que l’une des familles professionnelles, les industriels laitiers ne joue pas le jeu et ne souhaite pas lui donner un rôle d’orientation politique de la filière. Néanmoins, on n’en est pas encore là. Après l’arrivée de la Confédération paysanne en 2014, puis celle prochaine de la Coordination rurale, la FNPL ne serait pas hostile à l’entrée de la grande distribution, car « elle a le contact avec le consommateur », a indiqué Thierry Roquefeuil. Le ministre n’y est pas hostile non plus, insistant sur la nécessité de garder « un lieu de discussion et qu’un Cniel intégrant la distribution est une bonne idée ».

Brèves

12/10/2017 Arrêtez de nous prendre pour les perdreaux de l’année 03/10/2017 Les trois messages d’Arvalis 23/02/2017 Xavier, merci pour ton engagement 09/02/2017 Zones défavorisées 26/01/2017 Congrès de la FDSEA le 2 février à Boé 07/12/2016 Vous avez la parole 16/11/2016 Il est des combats qui ne peuvent se gagner qu’ensemble ! 27/10/2016 La FDSEA 47 à la rencontre de la MSA Dordogne/Lot-et-Garonne 23/06/2016 La goutte d’eau qui emporte un peu plus le moral des agriculteurs 09/06/2016 La MSA accueille ses élus à Bergerac 27/05/2016 Glyphosate : HALTE à la surenchère ! 26/05/2016 Ce n’est pas du Hitchcock mais c’est des oiseaux 12/05/2016 D’avances en avances, on finit par prendre du retard 28/04/2016 Éditorial de Philippe Blouin, Président de la section fruits 29/03/2016 Le nouveau SDREA est arrivé 29/03/2016 Une personnalité marquante de l’agriculture départementale 29/03/2016 En plus d’être sur la paille, nous voilà maintenant APOIL ! ! 10/03/2016 Jeunes Agriculteurs 47 09/03/2016 L’agriculture est en état d’urgence 01/03/2016 731 jours pour avancer en conjuguant jeunes et agriculture... 18/02/2016 Benoît Parisotto "Merci" 22/01/2016 La commission Européenne lance une consultation publique sur la PAC 04/01/2016 Toute l'équipe de la FDSEA 47 vous souhaite une Bonne Année 2016 23/12/2015 Les brèves 23/12/2015 Editorial d'Alain Saphy, Président de l'ANPN 23/12/2015 Editorial de Jean-Luc Poli, Président de la FDSEA 23/12/2015 Cette liberté que l’on assassine 12/10/2015 REPORT DE LA TAXE FONCIER NON BATI : DEMANDE A FAIRE 09/10/2015 DEMANDEZ VOTRE AVANCE DE TRESORERIE. Si vous ne l'avez pas fait, vous pouvez encore remplir et déposer le formulaire de demande d'avance de trésorerie avant le 31 octobre au plus tard auprès de la D.D.T. 03/08/2015 DEMANDE D'AVANCE DE TRESORERIE : IL NE VOUS RESTE QUE 6 JOURS !

L'actualité en vidéo

Suivez-nous !