Le revenu passe par les prix

1 mars 2016
Untitled_2

Le vendredi 12 février dernier, les Jeunes Agriculteurs de Lot-et-Garonne tenaient leur
Assemblée Générale… Et comme tous les deux ans, cette Assemblée est particulière !
Jeunes Agriculteurs se bat au quotidien pour assurer le renouvellement des générations en
agriculture… Ce vendredi 12, il fallait assurer un autre renouvellement, tout aussi important…
En effet, après 4 ans de bons et loyaux services, Benoît Parisotto, Président JA 47 de
2012 à 2016, laissait sa place, non pas sans une certaine émotion ! L’ensemble des Jeunes
Agriculteurs de Lot-et-Garonne l’ont remercié une nouvelle fois pour son engagement.

 

Le nouveau Conseil d’Adminis­tration et le bureau, élus en janvier, ont été validés par l’AG statutaire du 12 février. Mais qui sont-ils ? De jeunes installés, ou en voie de l’être, motivés et qui pensent que malgré tout, l’agriculture a encore un avenir ! Ces jeunes-là veulent défendre l’installation et l’accès au foncier, et vont tout faire pour que les agriculteurs puissent vivre de leur production… « Le revenu passe par les prix », voilà le slogan de cette nouvelle génération !

« Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin »

Cette AG a débuté par la pré­sentation du rapport d’activités 2015 par Pierre Sartena, Secrétaire Général Adjoint, … Entre mani­festations, opérations séduction du grand public et information aux futurs installés ( portes ouvertes et forum à l’installation ), cette année 2015 a été riche en évènements… Elle fait également partie d’une des années les plus dures que les jeunes aient connu… Avec un état de crise permanent, des prix de céréales au plus bas, des charges au plus haut et des réformes ( plus ou moins utiles ) qui s’enchaînent, les Jeunes Agriculteurs ont été de tous les combats. A commencer par un travail pour débloquer les dossiers installation en début d’année… la cause du blocage ? La réforme du parcours à l’installation, couplée à une régionalisation que personne ( ou presque ) ne souhaitait. La réforme de la PAC et le manque de visibilité à court et long termes n’a pas non plus donné envie de s’installer…

Jean-Baptiste Lodetti, tout fraiche­ment élu Secrétaire Général a ensuite pris la parole pour présenter le travail de Jeunes Agriculteurs, et rappeler l’intérêt d’adhérer et de prendre des responsabilités au sein du syndicat ! « Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin »… dans une société de plus en plus individualiste, il est nécessaire de se « serrer les coudes pour avancer tous dans la même direction, pour soutenir notre métier ».

Avant de rentrer dans le vif du sujet de cette Assemblée Générale, Valentin Gularek et Benoît Parisotto ont tenu à remercier le Conseil Départemental de Lot-et-Garonne pour leur soutien tant financier que logistique lors des différentes manifestations organisées par les JA, et notamment lors de la Clé des Champs. Mme Danièle Delhias, agri­cultrice et Conseillère Départementale du canton Val du Dropt a tenu à apporter, au nom de l’ensemble du Conseil Départemental, tout son soutien aux Jeunes Agriculteurs, et à l’agriculture en général.

JA et les normes, quel combat et quelles avancées ?

« Les normes, voilà ce qui plombe nos exploitations », Bertrand Gerbet, administrateur Jeunes Agriculteurs National, et agriculteur dans les Hautes-Pyrénées a présenté les avancées sur les normes que JA a obtenues en 2015, et notamment un arrêt de la mise en place de nouvelles normes franco-françaises pour l’année 2016. « Nous devons nous aligner sur les normes européennes, mais la France doit toujours en rajouter. Si nous voulons des exploitations agricoles compétitives, il faut arrêter de vouloir laver son linge plus blanc que blanc ».

Benoît Parisotto qui présidait là sa dernière AG a tenu à rappe­ler qu’il continuait à travailler à l’AGPM, notamment sur les normes environnementales.

Valentin Gularek, nouveau Président des Jeunes Agriculteurs, a conclu cette AG en rappelant la ligne de conduite que JA 47 s’est fixée, et la nécessité de faire de l’agriculture une priorité absolue. Et cela passera par « avoir un bon Ministre, et non pas un Ministre à mi-temps, qui est avant tout porte-parole du gouvernement ». Les primes, voilà un autre problème. « Quand une filière va mal, on débloque des financements, on met en place des plans de soutien qui ne permettent pas de redresser une exploitation sur le long terme. Si nos produits étaient payés à leur juste valeur, tout le monde s’y retrouverait. Un des problèmes persistant ce sont les marges de la grande distribution, mais les politiques ont peur de s’attaquer aux GMS… Pourquoi donc ? Nous JA, avons une petite idée… C’est quand même inconce­vable que les agriculteurs soient les seuls à ne pas pouvoir fixer le prix de leurs produits. Quand je dois payer mes impôts, je ne négocie pas le prix, je paie… cela devrait être pareil pour nous ! »

Valentin Gularek et son équipe ont promis d’être vigilants durant leur mandat. Les prix, l’installation, le foncier, voilà les sujets qu’ils défendront coûte que coûte !

Dans notre prochaine édition, la présentation du nouveau Bureau des JA 

L'actualité en vidéo

Suivez-nous !