Entre difficultés et espoirs

29 mars 2016
Photos_5

Autour de la première session de la chambre d’agriculture régionale, un après-midi de débats a été consacré à la conjoncture économique agricole.

Ce vendredi 11 mars se tenait à Bordeaux la première session de la chambre d’agriculture régionale Aquitaine Limousin Poitou-Charentes. Les élus ont profité de l’après-midi pour échanger autour de la conjoncture économique pour cette nouvelle région, poids lourd français et européen dans de nombreuses filières.

Les services de la DRAAF et de la chambre régionale d’agriculture ont présenté pour chacune des nombreuses filières de l’agriculture ALPC la dynamique actuelle et les enjeux pour 2016. Dans une ambiance plutôt morose où la plupart des filières sont en difficultés.

En cause, l’embargo russe qui bloque de nombreux marchés potentiels à l’export, les incertitudes autour du traité transatlantique, mais aussi le besoin d’une meilleure répartition de la valeur ajoutée, d’une simplification administrative, et d’une régulation des marchés.

Sans oublier que pour la plupart des filières, malgré un maintien global des volumes de production et une baisse des intrants, la baisse des prix notamment ne permet pas de se sortir des difficultés économiques. Et les crises dans l’élevage, de la fièvre catarrhale ovine à l’influenza aviaire, n’ont pas amélioré la situation…


Les filières végétales

 

En grandes cultures, l’année 2015 aura été compliquée, avec une tendance à la baisse des prix, et une influenza aviaire qui a fait chuté la fabrication d’aliments. Parmi les principaux enjeux, la question de la montée en gamme des produits pour faire face à la concurrence, et la segmentation des marchés, pour mieux répondre à la demande d’opérateurs privés.

Pour la filière des vins et autres eaux de vie ( Cognac ), l’une des rares en bonne santé, les spécialistes ont pointé du doigt le besoin d’anticiper le changement climatique, et de garder une qualité face à la montée en gamme mondiale.

La filière des fruits et légumes est l’autre point positif en végétal, avec là encore de belles perspectives d’avenir autour de filières de niche mais aussi de vrais marchés locaux à prendre dans la restauration collective.


Les filières animales 

 

Sans surprise, les difficultés sont surtout concentrées sur les filières animales pour l’agriculture de la région ALPC. Sur la filière lait, c’est surtout en bovins que les difficultés sont les plus importantes, alors qu’il s’agit de la principale filière de production laitière régionale. En lait de chèvre et lait de brebis, la légère hausse des prix maintient une dynamique, soutenue par la consommation en hausse.

En filière viande, les difficultés sont quasiment généralisées. En bovins, malgré la baisse des intrants, la chute des prix a généré une baisse des revenus, à laquelle s’est rajoutée la crise de la Fièvre Catarrhale Ovine. Si la filière ovin est en meilleure santé que les autres, celle des porcins est en grande difficulté, avec un revenu courant avant impôt négatif, du jamais vu depuis 2003. En cause notamment, l’embargo russe.

Pour les palmipèdes, la filière est stable, comme le prouve le maintien de l’abattage. Enfin, en volailles, la grippe aviaire a compliqué la situation, et les enjeux sont importants dans la capacité qu’aura la filière à se relancer à la sortie du vide sanitaire, pour aller reconquérir des marchés perdus.

Dans ces filières animales, les solutions de sorties de crise sont souvent les mêmes. Se diversifier en lait de chèvre et de brebis, se tourner vers la promotion de produits régionaux en lait de vache. Une démarche qualité qui est la même en viande, avec le besoin de mettre en avant les signes de qualité, comme l’IGP Porc du Sud Ouest, et de défendre cette qualité par une information sur l’origine des viandes dans les produits transformés.

Sylvain Desgroppes

Brèves

27/11/2017 PAC 2018 : Contraintes SIE 27/11/2017 Ils nous gavent 12/10/2017 Arrêtez de nous prendre pour les perdreaux de l’année 03/10/2017 Les trois messages d’Arvalis 23/02/2017 Xavier, merci pour ton engagement 09/02/2017 Zones défavorisées 26/01/2017 Congrès de la FDSEA le 2 février à Boé 07/12/2016 Vous avez la parole 16/11/2016 Il est des combats qui ne peuvent se gagner qu’ensemble ! 27/10/2016 La FDSEA 47 à la rencontre de la MSA Dordogne/Lot-et-Garonne 23/06/2016 La goutte d’eau qui emporte un peu plus le moral des agriculteurs 09/06/2016 La MSA accueille ses élus à Bergerac 27/05/2016 Glyphosate : HALTE à la surenchère ! 26/05/2016 Ce n’est pas du Hitchcock mais c’est des oiseaux 12/05/2016 D’avances en avances, on finit par prendre du retard 28/04/2016 Éditorial de Philippe Blouin, Président de la section fruits 29/03/2016 Le nouveau SDREA est arrivé 29/03/2016 Une personnalité marquante de l’agriculture départementale 29/03/2016 En plus d’être sur la paille, nous voilà maintenant APOIL ! ! 10/03/2016 Jeunes Agriculteurs 47 09/03/2016 L’agriculture est en état d’urgence 01/03/2016 731 jours pour avancer en conjuguant jeunes et agriculture... 18/02/2016 Benoît Parisotto "Merci" 22/01/2016 La commission Européenne lance une consultation publique sur la PAC 04/01/2016 Toute l'équipe de la FDSEA 47 vous souhaite une Bonne Année 2016 23/12/2015 Les brèves 23/12/2015 Editorial d'Alain Saphy, Président de l'ANPN 23/12/2015 Editorial de Jean-Luc Poli, Président de la FDSEA 23/12/2015 Cette liberté que l’on assassine 12/10/2015 REPORT DE LA TAXE FONCIER NON BATI : DEMANDE A FAIRE

L'actualité en vidéo

Suivez-nous !