2015, l’année des superlatifs... et des sursauts

22 janvier 2016
2005678423

                                                                Christiane Lambert, 1ère vice-présidente de la FNSEA

                                                                  2015, l’année des superlatifs… et des sursauts

Au moment de tourner la page de 2015, les observateurs et journalistes rivalisent de superlatifs pour la caractériser

 « L’année la plus chaude » au plan climatique avec des températures et évènements extrêmes qui confirment le changement annoncé et désormais avéré appelant ainsi à une prise en considération par les dirigeants politiques. Il s’agit de préserver les potentialités de production et de développement pour les générations futures. La mobilisation de tous à la COP 21 et l’engagement des entreprises via l’innovation technologique et organisationnelle sont un gage de changement durable et de résultats. L’agriculture fait partie des solutions, COP 21 l’a reconnu. « L’année la plus meurtrière » avec des attentats terrifiants au cœur de nos villes et de nos vies, s’attaquant à nos libertés d’expression et de vivre ensemble. En visant la jeunesse, la culture et nos modes de vie, c’est notre société toute entière qui est attaquée par des « combattants » radicalisés. La France n’est pas la seule touchée, mais les symboles frappés ont amplifié la mobilisation internationale. Là aussi le sursaut s’est imposé pour défendre une vision humaniste du monde, face à un obscurantisme rétrograde. La riposte des Français a été de ressortir leur drapeau et leur crédo : liberté égalité, fraternité, ferment du vivre ensemble. « L’année la plus extrême » dans les urnes, en France et dans de nombreux pays : la défiance à l’égard des politiques a rarement été aussi forte or nous avons besoin de politiques courageux et réformateurs. Plus que jamais, l’abstention et le vote de rejet sont l’expression d’un ras-le-bol. La volonté de changement s’exprime par l’adhésion à des promesses de changement sans connaître forcement les orientations, leur faisabilité et leur capacité à apporter un mieux au plus grand nombre. Comprendre l’aspiration profonde des électeurs, c’est d’abord écouter, expliquer, sortir des postures et de la politique des petites phrases ou des tweets vengeurs, des débats polémiques pour garantir l’audimat plus que l’enrichissement des débats et la compréhension des enjeux. Le sursaut républicain a révélé des attitudes ouvertes à faire de la politique autrement. Faisons confiance aux nouveaux élus pour ne pas laisser cet espoir sans lendemain. Sachons s’entendre sur l’essentiel pour combattre nos maux. Ce sera salutaire. Et que 2016 se nourrisse de ces sursauts face aux évènements pour plus de confiance et d’espérance collective.

 

L'actualité en vidéo

Suivez-nous !