La FDSEA toujours mobilisée sur le dossier de l’eau

17 mars 2015
Image2

Dans ce département de productions spécialisées et contractuelles, l’eau est un facteur de développement et de création de valeur ajoutée pour l’agriculture. Depuis des an¬nées, la FDSEA se mobilise fortement pour le développement d’une véritable politique de stockage de l’eau, qui passe notamment par la mise en place de projets territoriaux de gestion quantitative de l’eau.

Lors de la conférence de presse du 9 mars 2015 Jean-Luc Poli, Nathalie Tourné et Max Aureille ont eu l’occasion de développer ce thème.

Dans ce département où les élus départementaux du Conseil Général, toutes majorités confondues, ont accompagné la création de ressource en eau, la FDSEA a toujours milité pour la création de ressources et les travaux de soutien d’étiage. En 2011, elle avait invité Xavier Beulin à Aubiac sur le terrain pour illustrer concrètement cette problématique. La FNSEA a apporté en 2013 plusieurs contributions dans le cadre de la mission du Député Philippe Martin. Ces projets territoriaux devaient être une opportunité pour favoriser des concertations constructives sur le terrain et améliorer la gestion de l’eau. Le Comité National de l’eau avait validé le 18 décembre 2013 une note de cadrage simple et efficace. Malgré de nombreuses relances syndicales la note de cadrage n’a pas été transmise aux services déconcentrés de l’Etat alors qu’elle était très attendue sur le terrain, afin de permettre le lancement effectif des projets de stockage.

On regrette l’inclinaison du Ministère de l’écologie de lier toute aide des agences de l’eau à un abattement systématique de 20 % de volumes au moment de la création de retenues de substitution, au mépris de besoin de ressources nouvelles pour faire face au chan¬gement climatique.

De nombreux projets sont bloqués par les Agences de l’Eau, déjà que les procédures sont très longues, à l’exemple de SIVENS ( depuis 1990 )
PAC : des questions sur les transferts de DPB toujours non réglées

Après la rencontre avec tous les parlementaires du département, le 13 février 2015, à l’invitation de FDSEA et JA 47, la FNSEA continue ses démarches à Bruxelles pour obtenir des réponses, indis¬pensables.

A quelques jours de la mise en place des assolements pour les cultures de printemps et des dossiers PAC 2015, on exige des réponses sur :

- Le transfert DPB entre fermier entrant et sortant, cela pose un problème crucial pour les jeunes agriculteurs qui ne peuvent récupérer les références de terres à l’achat ou en fermage, avec dans ce départe¬ment un historique qui intègre des cultures avec des références plus élevées que la valeur moyenne de la réserve nationale.

- La question des haies et de la conditionnalité, érosion des sols, de l’ICHN

Enfin, la FDSEA demande un délai supplémentaire pour le dépôt des dossiers PAC 2015 : en effet l’ouverture de Télépac risque d’être retardée, et le report de la date limite de dépôt des dossiers initia¬lement prévue au 15 mai s’impose. Dernière minute date dépôt des dossier du 27 avril au 9 juin.
Sur la protection du foncier agri¬cole et le projet de zone d’activité de Sainte Colombe en Brulhois, la FDSEA rappelle que sa critique porte sur le caractère surdimensionné du projet. Elle entend défendre l’intérêt des agriculteurs dont l’emprise du projet remet en cause l’activité, elle l’a exprimé aux élus et aux porteurs du projet dès le début. Elle considère qu’elle est légitime dans son rôle.
 

L'actualité en vidéo

Suivez-nous !