Congrès FDSEA 47 : Le bilan par filière

29 janvier 2015
Image2

C’est au cours d’une table ronde rassemblant les représentants des principales filières et animées par Bernard Palazo, que chacun a pu exprimer les points forts de la campagne 2014 et les préoccupations de la filière.

Philippe Blouin est revenu sur les conséquences économiques de l’embargo russe pour le secteur fruits et légumes, avec un focus sur la pomme, principale victime, qui subit de fortes baisses de prix qui, d’année en année, incitent des pro­ducteurs à l’arrachage. Le coût de la main d’oeuvre dans ces productions fruitières et légumières représente de 40 à 60 % du coût de revient et la distorsion de concurrence avec d’autres pays producteurs fait que la France est en perte de vitesse sur ces productions.

A partir de 2015, les producteurs allemands devront respecter un SMIC allemand ce qui devrait grever leur coût de production, souhaitons que, parallèlement, la France allège les charges des producteurs car il faut des mesures rapides pour enrayer les baisses de surfaces enregistrées.

Philippe Blouin a insisté sur la nécessaire organisation de la pre­mière mise en marché face à une concentration des acheteurs, travail engagé au niveau de Légumes de France et de la FNPFruits mais trop timidement à son goût.

Parmi les autres sujets qui fâchent : les produits phytosanitaires et l’harmonisation des réglementations européennes qui à défaut aujourd’hui créé des distorsions, sans oublier le compte pénibilité inapplicable en agriculture et l’invitation des congressistes à signer la pétition dénonçant les difficultés de mise en application.

Max Aureille, sur la filière laitière, a souligné l’impact éco­nomique de la réforme de la PAC avec la convergence des aides qui va aboutir à une diminution significative de la valeur des DPU ( ou DPB ) car, avec l’intégration de l’aide directe laitière ( ADI ), les valeurs des DPU se retrouvent supérieures à la moyenne et donc plus impactées par la convergence. Au niveau du marché, il a souligné l’incidence de l’embargo russe sur les produits laitiers et par ailleurs, la dynamique commerciale avec la Chine.

En ce qui concerne l’organisation et le travail interprofessionnel, la législation interdisant de négocier sur le prix est un leurre, car, en réalité, on s’aperçoit que les prix pratiqués se situent tous dans la même fourchette à quelques cen­times près… comme par hasard ! ! !

Jean-François Bourjade est intervenu sur les difficultés posées par les nouvelles modalités de la prime vache allaitante avec la réforme de la PAC et surtout les critères d’éligibilité. La FDSEA a adressé un courrier au Ministre et aux Parlementaires (lire page 10). En effet, la demande porte sur une période transitoire de 2015 à 2017 pour qu’il n’y ait pas de pertes brutales de 20 à 40 % des valeurs PMTVA pour les éleveurs.

De plus, l’inéligibilité des vaches dans les troupeaux de moins de 10 vaches correspond à une portion importante de nos cheptels.

Ne considérer en référence sur 2013 que les vaches ayant vêlé érode les références départementales ( schéma économique différent avec engraissement des réformes, race Blonde d’Aquitaine à moindre fertilité ).

Suivant les départements, les constats sont :

- 20 à 30 % des PMTVA sont des génisses

- 10 à 20 % des vaches allaitantes n’ont pas vêlé sur l’année

- 5 à 10 % des vaches dans des troupeaux de moins de 10 vaches

En cumul 30 à 50 % des PMTVA seraient perdues par nos éleveurs en 2015. Ce qui immanquablement amènerait à l’arrêt de l’élevage et, par la même, au retour à la friche des surfaces herbagères d’où l’intérêt d’une période transitoire. Nous ne nous résoudrons pas à être aban­donnés au profit des seules zones spécialisées.

Il a terminé en abordant quelques points plus favorables à l’élevage comme le doublement de l’ICHN et la convergence des aides PAC plus favorable dans l’ensemble aux éleveurs, sans oublier l’intérêt du plan protéines. Toutefois, une inconnue de taille : les mesures du 2ème pilier qui transiteront par les régions et les orientations politiques qui les définiront.

A noter sur ce sujet le travail de la FRSEA Aquitaine, auprès du Conseil Régional et de son Président Alain Rousset.

Patrick Darot a dressé le bilan de la campagne céréalière et oléo­protéagineuse, caractérisée globa­lement par de bons rendements, de la qualité, mais une baisse des prix … Le compte n’y est pas !

Quant aux protéines, il a rappelé le déficit en Europe ( 50 % ) et en France ( 30 % ) auquel les USA ne pourront pas répondre compte tenu de la demande de la Chine qui, a elle seule, consomme la totalité de la production mondiale.

Le plan protéines décidé par l’Europe devrait permettre de remédier à ce problème et, pour une fois, le plan de financement est assuré pour 6 ans à hauteur de 147 millions d’euros par an.

Christian Calbo, a, pour sa part, soulevé les problèmes techniques posés par les contraintes de la directive Nitrates sur les itinéraires techniques des céréales d’hiver quant aux apports d’engrais ( et au calendrier d’épandage ).

Benoît Parisotto a mis l’accent sur les difficultés cumulées sur 2 récoltes des producteurs de maïs avec un marché du maïs qui s’est encore plus dégradé en 2014 avec des niveaux de prix autour de 115 à 120 €/T alors que le seuil de commercialisation est à 160 €/T selon les exploitations et leur niveau d’endettements.

Brèves

10/07/2020 Nomination du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation : La souveraineté alimentaire doit être une priorité d’action 21/02/2020 Chambre d’Agriculture : le grand chelem des départs ! 21/06/2019 La morale est-elle la meilleure des politiques ? 11/01/2019 Editorial de Benjamin DUPIN et de Jacques CHAPOLARD 20/12/2018 Pas de Trêve 25/10/2018 Editorial de Patrick Darot, Président de la Section Grandes Cultures de la FDSEA 20/09/2018 Une couverture totale du département en fibre optique d'ici 5 ans 31/08/2018 Augmentation annoncée du prix de la baguette 31/08/2018 C’est la rentrée 30/08/2018 L'été sera chaud 23/07/2018 Calamités agricoles 23/07/2018 **Merci les Bleus 02/07/2018 JA 47 18/06/2018 Editorial de Jacques CHAPOLARD, Président de la F.D.S.E.A. 27/02/2018 Dégrèvement de taxe foncier non bâti 27/02/2018 Mercosur : Non à la grande braderie !! 22/12/2017 Filière Pruneau Démissions en série 27/11/2017 Ils nous gavent 12/10/2017 Arrêtez de nous prendre pour les perdreaux de l’année 23/02/2017 Xavier, merci pour ton engagement 09/02/2017 Zones défavorisées 23/06/2016 La goutte d’eau qui emporte un peu plus le moral des agriculteurs 26/05/2016 Ce n’est pas du Hitchcock mais c’est des oiseaux 28/04/2016 Éditorial de Philippe Blouin, Président de la section fruits 29/03/2016 Une personnalité marquante de l’agriculture départementale 23/12/2015 Cette liberté que l’on assassine 30/07/2015 LE MANGER FRANCAIS... UN COMBAT A ARMES INEGALES ? 29/05/2015 DOSSIER PAC 2015 - PAC REALITE POUR LES PARLEMENTAIRES

L'actualité en vidéo

Suivez-nous !